Groupe de prévention académique

SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

 

 

Les légionelles en milieu de travail

LEGIONELLOSE.jpg (18000 octets)

  1. Définition
  2. Risques pour l'homme
  3. Manifestations de l'infections
  4. Les installations en cause
  5. Données épidémiologiques
  6. La réglementation

  7. Évaluation du risque
  8. Risque professionnel
  9. Installations à privilégier
  10. Mesures de prévention
  11. Les traitements disponibles
  12. Liste des entreprises : dépistage, diagnostic, traitement
  13. Annexes :

    Eléments pour la réalisation d'une enquête technique en cas d'apparition de cas de légionellose

    Mesures de désinfection des circuits d'eau chaude sanitaire

    Bonnes pratiques d'entretien d'un réseau d'eau chaude sanitaire en vue de limiter la multiplication de Legionella

Un article d’Eurosurveillance (1), journal scientifique publié par le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC), dresse un bilan des cas de légionellose recensés à travers l’Europe en 2005 et 2006. Un total de 11.980 cas a été détecté sur ces deux années par les 24 Etats de l’UE et 11 hors-UE qui sont membres du réseau European surveillance scheme for travel associated legionnaires’ disease (EWGLINET). Selon l’auteur, ce nombre continue d’augmenter au fil des ans, en raison notamment d’une détection accrue due au renforcement des dispositifs nationaux de surveillance.

Sur les deux années, 214 cas groupés ont été déclarés par 18 pays, en particulier l’Espagne, soit l’équivalent de 1.028 personnes atteintes (8,6% du total des cas). 66,8% d’entre eux étaient associés au voyage, la majorité à l’étranger, et les autres étaient d’origine communautaire (20,6%) et nosocomiale (8,9%). 3,7% restaient d’origine inconnue. Des systèmes d’eau chaude ou froide ont été identifiés comme sources de nombreux cas de contamination groupée, ainsi que des spas ou des dispositifs de refroidissement par voie humide.

bulletDéfinition
bullet

Les légionelles sont des bactéries fréquemment retrouvées dans l'environnement. Elles se développent dans les milieux hydriques ou humides. Ainsi elles sont présentes naturellement dans les cours d'eau, les lacs, et parfois dans les sols. Elles vont également proliférer dans certains milieux hydriques artificiels (réseaux d'eau chaude sanitaire, réseaux de refroidissement de certains procédés industriels ou de systèmes de climatisations...) pouvant être à l'origine d'épidémies ou de cas isolés de légionellose.

bullet

Les légionelles sont des bactéries très répandues dans la nature en milieu humide. Cette famille de bacilles Gram négatif comporte plusieurs dizaines d'espèces différentes, mais c'est Legionella pneumophila qui est le plus souvent impliquée en pathologie humaine. Les légionelloses sont dans plus de 80 % des cas dues au sérogroupe 1 de cette espèce (Lp1).
Les légionelles prolifèrent dans l'eau stagnante et lorsque la température de l'eau est comprise entre 25 °C et 43 °C. Elles sont détruites au-delà de 50 °C. Elles tolèrent une large gamme de pH. Elles sont sensibles à de nombreux désinfectants (chlore...) et peuvent également être inactivées par des procédés physiques (choc thermique...).
Dans les réseaux d'eau, la contamination biologique provient d'organismes tels que des bactéries mais aussi des algues, des moisissures, des protozoaires (amibes)... Ces micro-organismes peuvent coloniser les surfaces et former un biofilm qui favorise la prolifération de Legionella. La croissance des légionelles est également favorisée par la présence de dépôts de tartre, de certains résidus métalliques, de matériaux tels que le caoutchouc, le chlorure de polyvinyle, le polyéthylène ou le silicone et en présence de concentrations élevées de calcium et de magnésium.
Leur mise en évidence dans l'eau est effectuée selon la norme AFNOR NFT 90-431 (en cours de modification) par une technique de culture sur milieu spécial (BCYE). Le résultat est exprimé en Unité Formant Colonie (UFC) par litre. La limite de détection est 50 à 100 UFC/l selon le laboratoire. Actuellement, il n'existe pas de méthode de référence permettant d'évaluer leur concentration dans l'air.

 

bullet

Risques pour l'homme :
bullet

Les légionelles peuvent être à l'origine de maladies chez l'homme par inhalation d'un aérosol de fines gouttelettes d'eau contaminée (taille inférieure à 5 µm). La contamination par ingestion d'eau ou par contact cutanéo-muqueux n'a pas été démontrée et il n'y pas de transmission inter-humaine. L'infection n'est pas immunisante et il n'existe pas de vaccin protégeant contre cette maladie.

 

bullet

Manifestations de l'infections :
bullet

La légionellose ou maladie des légionnaires a été individualisée cliniquement pour la première fois en 1976, à l'occasion d'une épidémie survenue dans un hôtel de Philadelphie lors d'un congrès d'anciens combattants de l'American Legion, d'où son nom.

bullet

On distingue deux formes cliniques liées à une infection par les légionelles :
bullet

La fièvre de Pontiac, affection pseudo-grippale caractérisée par une forte fièvre, des frissons, des douleurs musculaires, des maux de tête, des vertiges, parfois de la diarrhée et de légers troubles de la conscience. Il n'y a pas de pneumonie, mais il peut y avoir de la toux. Cette forme passe souvent inaperçue du fait de la similitude avec d'autres maladies banales. L'incubation est courte (en moyenne quelques heures). La fièvre de Pontiac guérit en quelques jours, même sans traitement.

bullet

La légionellose, qui se présente sous la forme d'une infection pulmonaire grave. Après une incubation silencieuse de 2 à 10 jours, la maladie peut comporter malaise, fièvre élevée, frissons, douleurs musculaires, diarrhée, maux de tête, douleurs thoraciques, toux le plus souvent sèche (mais parfois toux purulente ou avec crachats sanglants), essoufflement, insuffisance rénale, confusion mentale, agitation, voire délire. La triade " pneumonie-diarrhée-confusion mentale " doit faire rechercher une légionellose. La gravité de la maladie peut conduire au décès.

 

bullet

Les installations en cause :
bullet

A partir du milieu naturel, la bactérie colonise des milieux hydriques artificiels lorsque les conditions de son développement sont réunies. Différents types d'installations produisant des aérosols d'eau peuvent être concernés tels que :
bullet

Les réseaux d'eau chaude sanitaire (des aérosols de petite taille peuvent en effet être générés par les pommes de douche), mais également d'autres dispositifs tels que les bains bouillonnants, certains équipements thermaux, les appareils individuels d'humidification, les équipements de thérapie respiratoire, les fontaines réfrigérantes, les fontaines décoratives...

bullet

Les systèmes de refroidissement par voie humide (où l'eau est mise en contact direct avec l'air dans une tour aéro-réfrigérante) utilisés en climatisation ou en froid industriel, qui génèrent des aérosols de micro-gouttelettes émis dans l'environnement. Les procédés industriels en cause concernent notamment ceux qui s'accompagnent de production de chaleur provenant de traitement de corps chauds (sidérurgie, plasturgie...), de condensations (centrales électriques, sucreries, distilleries...), de réactions chimiques (chimie, verreries...).

bullet

les fontaines décoratives ;

bullet

les appareils individuels d'humidification

 

bullet

Données épidémiologiques :
bullet

En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. Cependant, le nombre de cas déclarés est resté très faible (autour de 50 par an) jusqu'au renforcement du dispositif de surveillance épidémiologique en 1997. C'est ainsi qu'en 1999, le nombre de cas de légionelloses déclarés s'élève à 440 ; or on estime que seulement 30% des légionelloses sont déclarées. De plus, de nombreuses légionelloses ne sont pas diagnostiquées.
L'origine de la contamination n'est connue que dans un faible pourcentage de cas, principalement lors des investigations d'épidémies. Les légionelles étant présentes dans tout milieu hydrique il est très difficile de faire la preuve de l'origine de la contamination. Pour cela il faut isoler la souche chez le malade (20 à 30 % des cas) et la comparer, avec des méthodes d'analyse biomoléculaire, aux diverses souches environnementales prélevées.

 

bullet

Évaluation du risque :
bullet

Pour qu'il puisse y avoir une contamination humaine, il faut qu'il y ait inhalation d'un aérosol de fines gouttelettes formé à partir d'un milieu colonisé par des souches pathogènes de Legionella à un niveau suffisant de concentration. La taille des gouttelettes de cet aérosol doit être microscopique (< 5µm) pour que les légionelles arrivent au niveau des alvéoles pulmonaires. Il faut également tenir compte de la durée d'exposition à cet aérosol.

bullet

Cependant, il reste difficile d'évaluer le risque de contracter une légionellose pour des personnes exposées. En effet, il demeure de nombreuses inconnues en ce qui concerne d'une part la relation entre la concentration en légionelles dans un réservoir hydrique et leur concentration dans un aérosol formé à partir de ce milieu, et d'autre part la relation entre l'exposition à cet aérosol contaminé et le déclenchement d'une légionellose. La dose minimale infectieuse est inconnue.
Des facteurs individuels, permanents ou passagers, peuvent induire une plus grande sensibilité au risque d'infection.

 

bullet

La réglementation

Pour les installations utilisées par le public dans un ERP

bullet

L'arrêté du 01/02/2010 oblige pour le 01/01/2012 :

bullet

la mise en place d'un fichier sanitaire avec les plans des installations d'eau chaude sanitaire et les résultats de la surveillance

bullet

Le contrôle mensuel de la température de l'eau :

bullet

sortie de la production d'eau chaude sanitaire

bullet

point d'usage à risque le plus représentatif du réseau ou le plus éloignée

bullet

retour de boucle (retour général)

bullet

le contrôle annuel par un laboratoire accrédité du nombre de légionelle (< 1000 UFC/litre)

bullet

fond de ballon de production et de stockage d'eau chaude sanitaire

bullet

point d'usage à risque le plus représentatif du réseau ou le plus éloignée

bullet

retour de boucle (retour général)

bullet

Si l'installation d'eau chaude est pas utilisé pendant plusieurs semaines : 

bullet

purger l'installation

bullet

faire un contrôle par un laboratoire accrédité du nombre de légionelle (< 1000 UFC/litre) 2 semaines avant l'accueil du public

 
bullet

La circulaire n° DGS/EA4/2010/448 du 21 décembre 2010, du ministre chargé de la santé, précise les missions des Agences régionales de santé (ARS) concernant la mise en oeuvre de l’arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d’eau chaude sanitaire. Elle fournit, au travers d’un guide d’information à l’attention des gestionnaires des établissements recevant du public (ERP), des recommandations concernant l’application de ces nouvelles dispositions réglementaires et apporte des éléments pour la prévention du risque de prolifération des légionelles dans les réseaux d’eau collectifs

Autres textes non réglementaires :

bullet

Circulaire de la Direction générale de la santé (DGS) n° 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose. Cette circulaire incite les professionnels de santé à mieux diagnostiquer les cas puis à les déclarer et favorise la mise en oeuvre de bonnes pratiques sanitaires. Elle propose aux responsables des établissements recevant du public et notamment des établissements de santé différentes fiches techniques qui explicitent les mesures d'entretien préventifs et curatifs dans les différentes installations à risque (circuits d'eau chaude sanitaire, systèmes de climatisation et tours aéro-réfrigérantes, bains à remous ou bains à jets).

bullet

Circulaire DGS n° 98-771 du 31 décembre 1998 relative à la mise en oeuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux d'eau dans les établissements de santé et aux moyens de prévention du risque lié aux légionelles dans les installations à risque et dans des bâtiments recevant du public. Cette circulaire renforce les dispositions de la circulaire précédente et rappelle que le gestionnaire d'un établissement est responsable de la qualité de l'eau aux points d'usage.

bullet

Circulaire DGS n° 2002/243 du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé, modifiant la circulaire DGS n° 98-771. Elle comporte 9 fiches présentant des outils techniques et organisationnels de gestion des risques liés aux légionelles dans les établissement de santé.

bullet

Circulaire DGS n° 2002/273 du 2 mai 2002 relative à la diffusion du rapport du Conseil supérieur d'hygiène publique de France relatif à la gestion du risque lié aux légionelles (cf. les travaux des organismes impliqués).

bullet

Circulaire du ministère de l'Environnement du 23 avril 1999 invitant les préfets à renforcer les prescriptions relatives à l'entretien des groupes frigorifiques des entreprises relevant de la législation sur les installations classées. Cette circulaire indique quelles sont les règles d'entretien, de maintenance, et de suivi des tours. Elle fixe également différents niveaux d'intervention en fonction des concentrations en légionelles mesurées dans les prélèvements d'eau, à savoir :

bullet

Au-delà de 10 3 UFC/l Legionella dans l'eau : contrôles et entretien renforcé,

bullet

Au-delà de 10 5 UFC/l : arrêt des installations pour vidange et nettoyage.

bullet

Arrêté du 20 juin 2002 du ministère de l'Écologie et du Développement durable, relatif aux chaudières présentes dans une installation nouvelle ou modifiée d'une puissance supérieure à 20MWth. Le titre IX de cet arrêté prévoit des mesures relatives à la prévention de la légionellose lorsqu'une (ou des) tour (s) aéro-réfrigérante(s) sont directement associée (s) à l'installation.

bullet

Circulaire DGS/SD 7 A, DHOS/E 4, DPPR/SEI n°2003-306 du 26 juin 2003 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les tours aérofrigérantes des établissements de santé.

bullet

Le plan gouvernemental de prévention des légionelloses du 04 juin 2004 prévoit au 1er trimestre 2005 la diffusion d'un guide de bonnes pratiques sur la gestion des installations d'eau chaude sanitaire, à destination des fédérations professionnelles et des entreprises de maintenance et de gestion des installations d'eau chaude. Ce guide précisera notamment les recommandations en matière d'arrêt et de redémarrage des installations.

 

bullet

Risque professionnel :
bullet

Code du Travail :

Article R.4421-1 : "Les dispositions du présent titre sont applicables dans les établissements dans lesquels la nature de l'activité peut conduire à exposer les travailleurs à des agents biologiques.
Toutefois, les dispositions des articles R. 4424-2, R. 4424-3, R. 4424-7 à R. 4424-10, R. 4425-6 et R. 4425-7 ne sont pas applicables lorsque l'activité, bien qu'elle puisse conduire à exposer des travailleurs, n'implique pas normalement l'utilisation délibérée d'un agent biologique et que l'évaluation des risques prévue au chapitre III ne met pas en évidence de risque spécifique".

Arrêté du 18/07/1994 modifié liste les agents biologiques et cite la légionelle comme agent de classe 2 (pathogène pour l'homme).

Ainsi, dans le cadre de la prévention des risques spécifiques aux secteurs du bâtiment et des travaux publics, le risque d'exposition à des agents biologiques est également pris en compte, notamment les agents biologiques susceptibles de provoquer la légionellose.

 

bullet

Les installations à privilégier :

bullet

Mesures de prévention :
bullet

Effectuer un contrôle mensuel de la température dans les circuits de distribution (>55°C) : voir réglementation.

bullet

Dans les établissements importants, il faut rincer avec de l'eau à 70°C (à cette température, les légionelles sont détruites en 10 minutes environ), ou désinfecter les circuits d'eau chaude périodiquement.

bullet

Il faut veiller à faire couler l'eau régulièrement dans les pièces qui ne sont pas occupés en permanence. 

bullet

Purger les installations d'eau chaude sanitaire avant l'accueil des élèves à la rentrée de septembre

bullet

Analyser par un laboratoire accrédité le nombre de légionelle 2 semaines avant la rentrée de septembre pour avoir les résultats avant d'accueillir les élèves;

bullet

Tenir à jour un cahier de maintenance (fichier sanitaire : voir réglementation), recensant toutes les opérations d'entretien et les travaux effectués.

bullet

Les systèmes de climatisation doivent être entretenus par des professionnels, et la recherche des légionelles doit être faite chaque année.

 

bulletLes traitements disponibles :
bulletLe nettoyage :
bulletNettoyage à l'eau :
bulletla vitesse de l'eau doit être de 2 à 3m/s. 
bulletAvantages : permet une bonne élimination des particules, des boues et des biofilms. Pas de vibrations importantes des canalisations.
bulletInconvénients : vitesse élevée de l'eau, donc débit important. Nécessite d'équiper le réseau de robinets de décharge et de purges.
bulletNettoyage à l'air et à l'eau :
bulletVitesse moins élevée de circulation de l'eau (1m/s) et injection d'air comprimé déshuilé.
bulletAvantages : bonne élimination des particules, des boues et des biofilms sans consommer de grandes quantités d'eau.
bulletInconvénients :  mélange eau/air provoque des vibrations dans les canalisations qui peuvent endommager les réseaux anciens. Impératif d'équiper le réseau de robinets de décharge et de purges en tout point bas du réseau.
bulletNettoyage par obus racleur :
bullets'applique uniquement aux canalisations de diamètre > 100 mm, nécessite une pression de 2 bars pour pousser l'obus ainsi qu'une gare d'entrée et de sortie de l'obus, les canalisation doivent avoir un diamètre constant.
bulletNettoyage chimique :
bullet

les mélanges utilisés peuvent être constitué d'un acide (acide chlorhydrique ou sulfamique), de réducteur ou d'oxydants faibles (acide dicarboxylique ou eau oxygénée) et d'un inhibiteur de corrosion (acide phosphorique). Il a été très récemment démontré que le phosphore est un facteur favorisant le développement des légionelles : traitement à mener avec circonspection.

bullet

Impératif de ne pas laisser agir produits pendant plus de 20 minutes et de procéder à un rinçage très efficace pour ne pas induire de corrosion ultérieures.

bulletLa désinfection :
bulletTraitements thermiques :
bulletfaire circuler dans l'ensemble des réseaux jusqu'au point de puisage pendant au moins 30 mn soit :
bulletde l'eau à une température de 70°C environ
bulletde la vapeur d'eau à basse pression
bulletAvantages : bonne efficacité sur les micro-organismes
bullet

Inconvénients : conception adéquate de l'installation car :
bullet

certains matériaux constitutifs des canalisations, raccords, joints, flexibles de douches, ne supportent pas des températures élevées. L'acier galvanisé n'est plus protégé de la corrosion dés que la température de l'eau est > 60°C (produits de corrosion du zinc sont soluble à l'eau à cette température) ;

bullet

la capacité thermique des installations ne permet pas toujours d'atteindre une température de l'ordre de 80°C  pour avoir aux points d'usage les plus éloignés une température de 70°C. Impératif de déployer des mesures de protection pour éviter les brûlures pendant sa réalisation : affichage, personnel présent au point de puisage, etc ...

bullet

Utilisés à répétition, ils peuvent favoriser la formation de dépôts (précipitation de carbonate de calcium) ou accélérer la corrosion dans les réseaux (eaux agressives) et par conséquent, contribuer à la recolonisation des réseaux par les légionelles.

bullet

Ne pas réalisée en même temps un désinfection thermique et chimique pour limiter les effets de corrosion des matériaux

bulletTraitements chimiques non oxydants :
bulletL'introduction d'une solution sodique à pH12 dans le réseau avec un temps de contact d'une 1/2 heure conduit à la destruction des micro-organismes et du biofilm.
bulletLe principal problème est l'élimination de la solution sodique qui doit être neutralisée avant rejet. Le suivi du pH permet de contrôler la désinfection.
bulletDans le cas d'eaux très riches en magnésium, des dépôts d'hydroxyde de magnésium se produisent et les solutions sodiques à pH12 peuvent dégrader certains matériaux (plomb, zinc).
bulletCes solutions sont dangereuses à manipuler.
bulletTraitements chimiques oxydants :
bulletLe chlore : il a une action rapide sur les microorganismes libres
bulletles chloramines
bulletl'eau oxygénée ou eau oxygénée et acide péracétique

 

bulletDiagnostic et préconisations dans les réseaux d'eau intérieurs (revue "Chaud Froid Plomberie" CFP n°671 de septembre 2004 pages 76 et 77)
bullet Guide technique CSTB
bulletVoir site web : http://www.sante-sports.gouv.fr/legionellose.html avec des guides de bonnes pratiques (http://www.sante-sports.gouv.fr/documents-d-expertise-scientifique-et-documents-techniques.html ou http://www.sante-sports.gouv.fr/guide-etablissements-touristiques.html)

 

bullet

Liste des entreprises :

bullet

DEPISTAGE :

S'assurer de l'accréditation COFRAC pour le prélèvement et l'analyse des légionelles des entreprises :

 

bullet

Laboratoire départemental d'analyses de l'Allier - Zone de l'Etoile - Bd Nomazy - 03017 MOULINS Cedex BP 1707 (04.70.47.71.00 Ê04.70.47.71.29  Ida@cg03.fr

bullet

Laboratoire d'analyses des Eaux du Cantal - 1, Rue Rieu - 15000 AURILLAC (04.71.46.83.56 Ê04.71.46.83.53                                                                               

bullet

frais de dossier (prise en charge de l'échantillon, flaconnage) : 8,92€HT

bullet

frais de prélèvement : 22,67€HT

bullet

recherche de Légionelle : 99,09€HT

bullet

recherche de Légionella pneumophila : 38,11€HT

bullet

Laboratoire départemental d'analyses de la Haute-Loire - 16, Rue de Vienne - CS 70081 - 43009 LE PUY EN VELAY - Contact : Madame Brigitte PAYS Tèl.: 04.71.05.76.76 Fax : 04.71.02.52.13 mail : ldavb@cg43.fr

bullet

SILLIKER SAS - Siège social Immeuble le Mercury - 1, rue de la Croix des Maheux
95000 CERGY Tél. : 01.34.41.13.00 Fax : 01.34.41.13.11 http://www.silliker.com/france/

bullet

Institut Louise Blanquet - 28, Place Henri Dunant - 63001 Clermont-Ferrand Cedex (04.73.28.84.50 Ê04.73.28.84.55    

bullet

Prix unitaire : 152,45€HT pour 1000ml et un supplément de 30,49€HT en cas de réponse positive

bullet

LABORATOIRE BIOVAL (SCOP)- 152 bis Avenue Charles de Gaulle - BP 67 -17430 TONNAY CHARENTE

propose en forfait la recherche, dénombrement et identification de legionella pneumophila et spp, avec serotypage. tél 05 46 82 38 55 - fax : 05 46 82 38 65 - lab.bioval@wanadoo.fr 

bullet

LECMHA - 28, Rue Jean Claret - 630000 Clermont-Ferrand (04.73.27.65.52 Ê04.73.27.53.72

bullet

Prix unitaire : 68€HT/prélèvement à raison de 4 prélèvements minimum et un supplément de 45,5€HT pour confirmation des légionella positifs et pas de frais de déplacement pour la zone de Clermont-Ferrand, 36€HT de déplacement dans le Puy de Dôme hors Clermont-Ferrand, 150€HT pour l'Allier, le Cantal et la Haute-Loire.

bullet
LAEASE
5 bis, avenue Achille Maureau
BP 95 - 84703 SORGUES Cedex
Tél : 04.903.39.49.78
Fax : 04.90.39.50.19
www.laease.com
Auvergne-Centre M. Fabien MICHALLON port.: 06.63.29.68.91
 
bullet Laboratoires PROTEC - Rue Anne GACON - 13016 Marseille - Tél : 04.91.46.61.35 - Fax : 04.1.09.36.39

www.laboratoiresprotec.com

 

 
bullet

DIAGNOSTIC :

bullet

DALKIA - 27, rue Georges Besse - 63000 Clermont-Ferrand - (04.73.98.12.20 Ê 04.73.98.12.01

bullet

prélèvement et analyse pour un montant forfaitaire de 225€HT

bullet

APAVE - 30, Bd Maurice Pourchon - 63039 Clermont-Ferrand Cedex (04.73.31.90.00 Ê 04.73.31.90.10

bullet

IRH Environnement, Agence Rhône Alpes - (04.78.02.17.42

bullet

PERMO - Les Jardinsd'Entreprise - 213, Rue de Gerland - LYON (04.78.72.99.17

bullet

DEGREMONT ERPAC - 24, Avenue René Cassin - BP 9131 - 69263 LYON Cedex 09 (04.72.53.79.00

bullet

SPIE TRINDEL - 4, Avenue Jean Jaurès - BP19 - 69551 FEYZIN Cedex (04.72.21.14.39

bullet

SOGOBA - ZI Les Paluds 2 - 42, rue Lenche - 13685 Aubagne Cedex - (04.42.70.09.19 Ê 04.42.72.60.92

 

bullet

TRAITEMENT DES INSTALLATIONS :

bullet

Cabinet J.J Boissier - 12, place Robert Cupe 17100 Saintes - (/Ê 05.46.74.50.82

bullet

CULLIGAN

bullet

COFATHEC

bullet

MAREM

bullet

ISACAT

bullet

RIME SA

bullet

SID

bullet

LEI

bullet

AVIPUR

bullet

SANICHEM (distribueur Aquaressources)

bullet

ALT'H2O

bullet

UVc

bullet

Aquaris

bullet

Protec

 

Retour en haut

 

Espace réservé aux indications sur les droits de propriété ou autres.
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un email à [christian.peymaud@ac-clermont.fr].
Dernière modification : 09 December 2009.